Grenouille Zen Shiatsu et Sophrologie à Paris

Shiatsu et Sophrologie, récit d’une belle complémentarité

complémentarité shiatsu et sophrologieQuels sont les points communs entre le Shiatsu et la Sophrologie ? Qu’en est-il de leur complémentarité ?

Ces dernières années, après l’obtention de mon diplôme de sophrologue RNCP, j’ai complété ma pratique du Shiatsu par celle de la Sophrologie, en cabinet, entreprise et associations. Depuis, les interactions entre les deux disciplines ne cessent de m’étonner et d’élargir ma vision de l’être humain et ses nombreuses ressources. Voici un petit tour d’horizon personnel des ponts existants entre Sophrologie et Shiatsu.

La respiration

L’un des premiers points communs, voire le “pilier” commun, est la respiration.

En effet, en Médecine Traditionnelle Chinoise, l’énergie vitale provient en partie de la combinaison de l’énergie de l’air et des aliments (Jing acquis). Or l’énergie de l’air est à la fois liée à la qualité de l’air que l’on respire mais aussi à notre capacité respiratoire (y compris notre manière de respirer). C’est pourquoi, même s’il est difficile d’exercer un contrôle sur la pollution de l’air qui nous entoure, nous pouvons toujours modifier notre manière de respirer au quotidien. Et c’est l’un des enseignements clés de la Sophrologie. La Sophrologie contribue donc à nourrir notre énergie vitale par son action équilibrante sur notre respiration.

L’accueil des émotions

Le second point commun est l’importance accordée aux émotions.

Les études scientifiques montrent non seulement que nos émotions impactent directement notre façon de respirer (ex. apnée, respiration accélérée, …) mais qu’elles affectent aussi nos organes lorsque leur circulation est bridée (ex. Les effets nocifs du stress chronique).

La Médecine Traditionnelle Chinoise accentue encore ce lien corps/esprit en associant un couple d’organes à une émotion et à une dimension psychique via le cycle des 5 éléments. Par exemple l’élément “métal” correspond au couple Poumons – Gros Intestin et à la tristesse, ainsi qu’à l’instinct de conservation/la conscience du corps. Ainsi grâce à des pressions exercées directement au pouce et à la paume, sur le trajet du méridien de l’organe en difficulté, le spécialiste en Shiatsu peut décristalliser certains états émotionnels persistants et par conséquent mettre en évidence les liens entre organes et émotions. Enfin, il a aussi pour objectif de nous responsabiliser par rapport à notre rôle dans le maintien de notre équilibre émotionnel et le respect de nos besoins. Et c’est justement en développant l’écoute des sensations, des pensées et des émotions, que la Sophrologie favorisera leur reconnaissance. Ensuite, en agissant sur notre respiration et en prenant conscience que nous ne « sommes » pas nos émotions, nous renforcerons notre autonomie.

La conscience du schéma corporel

Enfin, un troisième point commun et non le moindre est la prise de conscience du schéma corporel.

Avec le Shiatsu, le receveur est amené par le “toucher” (pressions exercées sur les méridiens d’acupuncture et étirements doux) à porter un nouveau regard sur ses limites corporelles, à la fois ses tensions, souplesses, rigidités (muscles, articulations, zones spécifiques comme l’abdomen, le visage, les bras,…), les contours de son corps, mais aussi sa capacité à lâcher- prise, son rapport au “toucher”. Au fur et à mesure des séances, le corps retrouve sa souplesse, et l’élan vital se propage jusqu’au niveau mental. Il est assez fréquent d’observer même à court terme de nouvelles prises de conscience, des changements de postures jusqu’à présent impossibles. En Sophrologie, l’accueil des sensations physiques par le mouvement via les relaxations dynamiques, mais aussi via des exercices de respiration et de visualisation, installe parallèlement et progressivement un nouveau regard. Un nouveau regard sur soi, nos limites physiques, mais aussi sur nos incroyables capacités : percevoir les mouvements respiratoires, le battement de notre coeur, la sensation de notre peau ou de nos muscles, ….. Le tout apportant un profond sentiment de réconfort face à la richesse de ce qui est déjà présent et la possibilité d’agir sur nos pensées, nos émotions, notre respiration pour un mieux être global.

Complémentarité et différences

Le Shiatsu et la Sophrologie se différencient par le niveau d’investissement exigé du receveur. La Sophrologie va demander plus de concentration et une participation plus active du receveur que le Shiatsu, ainsi qu’une répétition régulière des exercices pour une action sur le long terme. Néanmoins l’impact du Shiatsu sur la remise en mouvement du corps et le rétablissement de son équilibre sera généralement plus immédiat. Cependant, quelle que soit l’approche choisie, au final, la détente profonde et une sensation de bien-être sont au rendez-vous.

En conclusion, les 2 approches se complètent et s’enrichissent mutuellement. Il est par conséquent possible en fonction des besoins d’alterner séance de Shiatsu avec séance de Sophrologie ou de les combiner au sein d’une même séance, pour un travail plus en profondeur ou sur le long terme.

%d blogueurs aiment cette page :